Réviser ses gammes

Parmi les 15 duos inscrits, sept d’entres eux se sont préparés au Pôle Finistère Course au Large de Port-la-Forêt, la structure référente en matière de préparation des Sportifs de haut niveau à la course au large.

Elle offre à chacun un panel complet de prestations. Environnement nautique et portuaire optimisé, formation globale à la haute performance, dont tous les aspects sont passés au crible par des spécialistes. Forte de son expérience sur le circuit Figaro entre 2002 et 2014, Jeanne Grégoire a apporté son expertise à cette équipe de Figaristes. En renfort des entraîneurs habituels du Pôle, la navigatrice leur a concocté un programme spécifique, vitesse, manœuvres, travail sur les voiles ou encore sur la prise de décision, cohésion des binômes… chaque point inhérent à la performance a été abordé, y compris la météo du parcours avec Jean-Yves Bernot que l’on ne présente plus. On constate qu’aujourd’hui, la recherche de performance sur une Transat se construit avant tout sur une hyper spécialisation des compétences en Figaro. Il s’agit d’aller vite longtemps à deux, dans une logique d’endurance sur l’Atlantique. La recette a souvent fonctionné lors des dernières éditions de l’épreuve, alors pourquoi pas cette année ?

Depuis fin janvier, les stages ont été mis en place par le Pôle Finistère Course au Large afin de permettre aux Figaristes de se préparer au mieux à la 13e édition de la Transat AG2R – La Mondiale. « L’idée était, d’une part, que chacun révise ses gammes et d’autre part, que les duos se calent en fonctionnement « double ». Mon but a donc été de faire s’ajouter deux qualités techniques sur un même bateau. Les coureurs du Pôle ont tous un excellent niveau, des approches et des fonctionnement similaires, mais ils le savent, être bons ensemble, ce n’est pas si simple », explique Jeanne Grégoire qui connait son sujet sur le bout des doigts, et en particulier celui de l’AG2R puisqu’elle y a participé six fois entre 2002 et 2012, avec quatre co-skippers différents et termine trois fois dans le Top 3. « Je me suis servie de mon expérience pour leur proposer différentes pistes de travail », détaille l’entraîneur qui a articulé le contenu de ses stages en fonction des demandes des coureurs. « Nous avons essayé de balayer toutes les problématiques du Figaro, que ce soit en double ou en solitaire. Chacun a apporté son expertise et le fait que les plus anciens ne soient jamais avares de conseils envers les plus jeunes a rendu l’hiver très riche », note avec satisfaction la jeune femme qui a alterné les petits parcours, le large et les navigations de nuit afin de varier au maximum les plaisirs.

Travailler en profondeur
« Au bout du compte, ce que je souhaitais, c’est que l’ensemble des binômes présent aux stages trouve le meilleur fonctionnement possible et ce, quelles que soient les conditions. Il se trouve que lors des sessions que nous avons organisées, les conditions ont été bien musclées et cela n’a fait que renforcer la confiance des uns envers les autres », précise Jeanne Grégoire avant de rappeler que sur un exercice tel que la Transat AG2R, les résultats sont bien souvent imprévisibles. Après les résultats de la Solo Concarneau – Trophée Guy Cotten les sept duos du Pôle ont tous les atouts pour l’emporter : les entraîneurs sont d’ores et déjà satisfaits de ce qu’ils ont pu observer. A suivre donc.
Les sept duos du Pôle :
Bellocq Paysages, Martin LE PAPE et Eric PERON
Bretagne – CMB Performance, Sébastien SIMON et Xavier MACAIRE
Cercle Vert, Gildas MORVAN et Alexis LOISON
Gedimat, Thierry CHABAGNY et Erwan TABARLY
Generali, Nicolas LUNVEN et Gildas MAHE
Les Saintes, Arthur PRAT et Nicolas THOMAS
Skipper Macif, Charlie DALIN et Yoann RICHOMME

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.