Gildas Morvan et Alexis Loison à moins d’un mois du départ

Gildas Morvan et Charlie Dalin à bord du Figaro Cercle Vert - Transat AG2R LA MONDIALE le 11/05/2012

C’est désormais dans moins d’un mois que le départ de la Transat AG2R – La Mondiale sera donné à Concarneau. Après une longue pause hivernale sur le support pour gagner un maximum en fraîcheur, Gildas Morvan et Alexis Loison ont donc repris les entrainements cette semaine, au Pôle Finistère Course au Large. Vent fort, mer chaotique, petits parcours en baie, navigation de nuit, manœuvres en pagaille… le moins que l’on puisse dire, c’est que la reprise n’a pas exactement eu lieu en douceur pour les deux hommes de Cercle Vert. Mais le point positif c’est que cela les a vite et bien remis dans le bain. La preuve : automatismes et complicité sont déjà au rendez-vous.

Après un long break bien mérité à la suite d’une saison 2015 bien remplie sur le circuit des Figaro Bénéteau, Gildas Morvan et Alexis Loison ont donc fait leur retour sur le monotype cette semaine, à l’occasion du troisième stage organisé à Port-la-Forêt depuis le début de l’année. « Nous avons repris un peu plus tard que les autres, mais c’était une volonté de l’un comme de l’autre », a rappelé le skipper de Cercle Vert qui s’est concentré sur son projet Vendée Globe ces derniers mois tandis que son acolyte Cherbourgeois a, pour sa part, profité de la traditionnelle trêve hivernale pour régater en Océanie et s’illustrer, notamment, sur la Rolex Sydney Hobart Yacht Race. « C’était important pour nous deux de bien nous reposer et d’attaquer cette nouvelle saison bien frais », a indiqué Alexis, conscient qu’au niveau de jeu auquel ils jouent, c’est bien souvent l’envie qui fait la différence. « Nous avons remis le bateau à l’eau à l’Aber Wrac’h le 25 mars dernier, puis nous avons effectué le convoyage jusqu’à Port-la-Forêt lundi dans de très belles conditions (entre 15 et 17 nœuds de vent, ndlr) qui nous ont permis de tester et de valider rapidement un certain nombre de choses », a indiqué le marin de Landéda qui a enchainé dans la foulée trois jours de stage particulièrement « virils », selon son expression. « Nous avons eu des conditions assez soutenues, avec entre 20 et 25 nœuds moyen et pas mal de mer. Nous avons même ramassé jusqu’à 45 nœuds, mercredi. Au final, c’était dur mais parfait pour observer le bateau, se caler et échanger », a détaillé Gildas, manifestement ravi de la relation naissante avec son binôme.

« Ca va rouler tout seul »

« Ca fonctionne bien. Nous avons pas mal bougé au niveau des postes à bord, que ce soit sur les petits parcours entre les Glénan et Bénodet ou lors de la grande boucle de nuit qui nous a menés quasiment jusqu’à l’Occidentale de Sein. L’un comme l’autre, nous avons eu de bonnes sensations à toutes les allures, en particulier au près et au reaching où nous allons plutôt vite », a commenté le skipper Finistérien. Son de cloche identique ou presque du côté d’Alexis. « Cette première semaine de stage dans du vent soutenu nous a permis de bien nous rôder. Je nous ai sentis de mieux en mieux au fil du temps. A la fin, nous faisions vraiment jeu égal avec les autres qui ont déjà un mois et demi de navigation au compteur depuis le début de l’année. C’est plutôt rassurant », a déclaré le Cherbourgeois qui a donc vite pris ses marques à bord de Cercle Vert. « Ces derniers jours m’ont permis de découvrir le bateau car même s’il s’agit d’un Figaro, comme le mien, Gildas a une manière de placer ses bouts qui lui est propre, des réglages spécifiques… C’est intéressant d’échanger là-dessus. Je vais lui piquer quelques astuces et inversement. D’ailleurs, en accord avec lui, je vais apporter quelques petites modifications sur le pont pour être plus à l’aise », a expliqué le vainqueur en titre de la Generali Solo, plutôt satisfait, lui aussi, des premiers milles en duo avec son acolyte. « Il s’occupe bien de moi et moi bien de lui (rires) ! Plus sérieusement, nous avons encore un mois devant nous pour essayer des voiles et nous caler ensemble davantage. Je ne suis du tout inquiet. Ca va rouler tout seul. Gildas et moi avons une vision des choses assez similaire et nous sommes très souvent d’accord sur les choix stratégiques, ce que nous avions déjà pu constater lors de différentes étapes de La Solitaire du Figaro », a précisé Alexis Loison. D’ici au départ de la Transat, le programme des deux hommes est d’ores et déjà bien réglé. Formations météo avec David Lannier puis Jean-Yves Bernot, débriefing du stage de cette semaine avec les entraîneurs du Pôle, conférence de presse de la Transat AG2R – La Mondiale à Paris puis multiplication des navigations et participation à la Solo Concarneau – Trophée Guy Cotten entre le 15 et le 20 mars histoire de toucher au mode « course » font notamment partie de leur planning. « C’est bien rempli. L’idée, c’est d’arriver fin prêts le 3 avril, jour du départ de la Transat, et de performer à Saint-Barth ». C’est dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.