48 heures Azimut. Charal en tête, foilers les rois du golfe !

Lorient La Base, Défi Azimut 2019. Lorient La Base, Défi Azimut 2019. Jeudi 19 septembre, départ des 48heures. @ Yvan Zedda

Dans des conditions encore estivales, les 21 IMOCA se sont élancés ce jeudi après-midi pour une course en double et un mediaman pour les 48 heures Azimut. Un parcours de 665 milles dont près des deux tiers vont se jouer vent de travers ou au portant dans du vent soutenu. L’allure reine des foilers se trouve bien là, entre 90 et 130° du vent réel. Pas étonnant donc de voir que le plus abouti de la dernière génération, Charal, comptait déjà 6 à 8 milles d’avance après 60 milles de course sur ses meilleurs dauphins PRB et 11th Hour et plus de dix sur le peloton. Sur les quatre premières heures, le plan VPLP de Jérémie Beyou et Christopher Pratt a donc navigué 3 nœuds plus vite que le gros des troupes, excusez du peu.

« Il y aura des opportunités sur le parcours prévenait ce matin Sébastien Simon, skipper d’Arkéa Paprec qui pointe ce soir en quatrième position. Notamment des petites zones de molles sous l’influence d’une dépression orageuse qui pousse sur l’Espagne. Il va falloir être précis et effectuer les bons changements de voile au bon moment » Et dans ce domaine, le superbe départ et le contournement de l’île de Groix montrait ô combien les places peuvent se gagner ou se perdre facilement aux vitesses où évoluent les IMOCA. Avec un départ « à l’anglaise » (au portant) où il fallait bien gérer le timing d’approche de la ligne – ce que firent parfaitement Banque Populaire X et Bureau Vallée II -, le choix de la bonne voile de portant était primordial. Ceux qui avaient choisi le grand gennaker étaient contraints de changer pour plus petit après l’empannage à la pointe de Pen Men, une manœuvre couteuse, même en double. A ce jeu, Charal gérait parfaitement son positionnement, loffant au-dessus de toute la flotte sous petit gennaker, sans perdre une seconde après l’empannage. Grosse maîtrise également sur 11th Hour de Charlie Enright et Pascal Bidegorry qui pointe ce soir deuxième en remontant sérieusement sur le leader.
Mais la flotte est déjà étalée sur plus de 10 milles en latéral, et le classement joue au yoyo. Chacun cherche les meilleures veines pour soigner son angle de descente vers le way point 1, tout en sachant que le vent doit progressivement tourner vers le Sud Est.
Pilotage à haute vitesse, surveillance de l’adversaire et réglages incessants : Voilà le menu du soir pour les 21 tandems engagés. Premier verdict et hiérarchie au passage de la marque virtuelle, prévu un peu avant le lever du jour.