200 bateaux sur le Grand Prix de l’Ecole Navale

@ PIerrick Contin

Le Grand Prix de l’Ecole Navale attire chaque année les plus belles classes monotype. La 18ème édition ne manque pas à la règle où seront décernés pas moins de 7 titres de champion de France. Un événement clairement à part dans le calendrier nautique.

C’est dans un mois, du 30 mai au 1er juin que se déroulera la 18ème édition du Grand Prix de l’Ecole Navale sur la Presqu’île de Crozon et jusqu’à Brest, pour les séries handivoile.
« Cette épreuve marque de manière forte l’intérêt de la Marine Nationale et de la FFVoile à travailler ensemble. L’accueil de l’École navale est extraordinaire et le lieu est magique » salue Henry Bacchini, Vice-Président de la Fédération Française de Voile. La singularité du Grand Prix est en effet de réunir des classes monotypes. Autrement dit, les bateaux d’une même série sont identiques et seul le talent des équipages peut faire la différence. « C’est un concept unique, c’est l’épreuve de l’égalité des chances » rappelle le commissaire nautique, Alain Daoulas. Trois nouvelles séries font leur apparition cette année, les Pogo, les Flying 15, les Fareast.

Les J80 en force
Plus de 15 séries sont engagées cette année et ce sont les monocoques J80 qui viennent une nouvelle fois en force avec une quarantaine de bateaux attendus. Les petits monocoques, appréciés des professionnels aguerris comme des amateurs, répondent présents à l’appel du Grand Prix de l’Ecole Navale depuis 2004. « Il existe des liens très étroits entre la classe et le Grand Prix depuis des années. Il y a toujours un beau plateau » apprécie le président de la classe, Ludovic Gilet. Le Grand Prix est d’ailleurs la troisième épreuve de la Coupe de France de la classe.
Les J80 navigueront au départ de Lanvéoc, au même titre que les spectaculaires Diam 24 od. Ces multicoques, présents sur le Tour de France à la Voile, rassemblent des équipages aguerris et de nombreux professionnels à l’image de Valentin Bellet (Beijaflore) ou de Robin Follin (Cheminées Poujoulat) qui se disputent aujourd’hui la tête du classement Tour Voile Series. Bernard Stamm, coach du team Cheminées Poujoulat est un habitué du Grand Prix : « C’est un plan d’eau que je connais bien. Qui est abrité mais il y a aussi beaucoup de courants et d’effets de site. Le Grand Prix est important car la concurrence y est relevée et c’est notre championnat de France ».
On note également la présence des nouvelles flottes de Bénéteau, les First 18 et First 24. Ces deux monocoques (anciennement Seascape 18 et 24) sont de plus en plus présents sur le marché de la régate monotype. Le Grand Prix de l’Ecole Navale constitue, pour les 24 pieds, la seconde étape de la « First Cup ».

L’Hermione sera présente à Lanvéoc lors de la Journée Portes Ouvertes © Association Hermione – La Fayette

Une première pour l’Hermione
Le Grand Prix de l’Ecole Navale accueille chaque année des voiliers historiques. La star de ces unités de prestige est l’Hermione, réplique du bateau qui a conduit le marquis de La Fayette aux États Unis en 1780. A l’occasion de son 4ème voyage, l’Hermione a choisi de faire escale sur le Grand Prix pour la première fois. L’événement rassemble d’autres vieux gréements à l’image de l’Étoile ou du Mutin, véritables ambassadeurs de la Marine nationale. Plus récents, les trois Pen Duick (II, III, V) d’Éric Tabarly sont également visibles et prendront la mer pour suivre les courses au plus près.

L’École navale ouvre ses portes
A l’occasion du Grand Prix de l’Ecole Navale, le site de l’École navale ouvre exceptionnellement ses portes au grand public le samedi 1er juin. En plus d’assister à un tableau spectaculaire réunissant voiliers historiques et monotypes dernières générations, les visiteurs pourront découvrir l’École navale et profiter, en famille ou entre amis, de nombreuses activités ludiques.
Des navettes gratuites sont proposées depuis le port de commerce de Brest afin de faciliter l’accès au site de Lanvéoc-Poulmic.

Le Trophée Brest Multi 50 fait le show en septembre
Conçus pour traverser les océans à grande vitesse, les Multi 50 ont rejoint le Grand Prix de l’Ecole Navale l’an passé pour disputer leur premier titre de champion de France. Afin de s’adapter au mieux au calendrier des concurrents, il a été décidé de reporter l’événement au mois de septembre. A titre exceptionnel, c’est donc du 5 au 7 septembre que se déroulera le Trophée Brest Multi 50. « La période post-rhum a été un peu compliqué et nous avions besoin d’un délai pour avoir un maximum de bateaux. C’est important que Brest et le Grand Prix de l’Ecole Navale continuent à nous faire confiance car nous voulons que cette initiative perdure et la flotte des Multi 50 sera encore plus importante dans les années à venir » explique Erwan Le Roux, Président de la classe, et vainqueur de la dernière édition à bord de Fenetrea Mix-Buffet. Le 2ème titre champion de France Multi 50 sera donc décerné à la fin de l’été.

DECLARATIONS

Frédéric Damlaincourt (Président de l’AGPEN) :
« C’est le lancement officiel de la compétition. On rentre dans le vif du sujet. On a maintenant une idée assez précise de la manière dont ça va se passer, du nombre de séries. La présence de l’Hermione est une bonne nouvelle pour l’association, pour l’École navale et pour l’Hermione. Nous avons tous la même passion pour la mer et pour la voile.
L’Hermione connaît bien la Marine Nationale, connaît bien l’École navale. On va retrouver les qualités nautiques originelles qui sont les valeurs fondatrices des marins de maintenant. La présence de l’Hermione est un hommage à nos anciens sans lesquels nous ne saurions pas faire aujourd’hui. »

Henry Bacchini (Vice-Président de la FFVoile) :
« Cette épreuve marque de manière forte l’intérêt de la Marine nationale et de la FFVoile à travailler ensemble. Un lien très fort unit tous les gens de mer et l’ensemble des concurrents du Grand Prix de l’Ecole Navale partage ce lien. L’accueil de l’École navale est extraordinaire et le lieu est magique. C’est le lieu d’une grande fraternité entre la société civile et militaire et, pour nous, c’est l’occasion de rendre hommage à cette école qui forme les cadres supérieurs de la nation française. »

Contre-amiral Eric Pagès (Directeur général de l’École navale) :
« Pour la journée Porte Ouvertes du 1er juin, on veut recevoir l’ensemble de nos concitoyens et notamment ceux de la Presqu’île de Crozon. On a une journée complète avec des activités nautiques, des activités aériennes, on offre la possibilité aux gens de voir les courses et surtout, il y a l’Hermione ! Il y aura aussi la possibilité de discuter avec les élèves et les professeurs. Pour des jeunes qui se prédestinent à une carrière militaire, c’est une bonne occasion de savoir ce qui les attend. C’est une très bonne occasion de consolider le lien Armée – Nation. C’est important pour nous de faire rayonner l’École navale dans la société d’aujourd’hui. »

Fortuné Pellicano (Adjoint au Maire de Brest) :
« Nous sommes partenaires du Grand Prix de l’Ecole Navale depuis le début et il est tout à fait naturel de continuer à être partenaire de cette grande épreuve de voile. Depuis l’année dernière, la ville de Brest a souhaité monter en puissance. Dans sa participation active au Grand Prix, nous avons sollicité la classe Multi 50 et nous avons créé le Trophée de Brest Multi 50. Il est vrai que pour cette année 2019, nous avons dû jouer avec le calendrier. Nous avons, d’un commun accord, décidé de proposer les 5, 6, et 7 septembre, sur la rade de Brest. »

Christian Bergot (Lions Club Brest Iroise) :
« Le Lions Club facilite la course handivoile notamment avec le club de Brest. On leur apporte un soutien financier mais aussi physique pour aider les personnes handicapées à descendre sur les pontons, à monter sur les bateaux, … Le Lions Club est une association internationale humanitaire. Notre objet est justement d’apporter notre concours à des gens en situation difficile. »